Follow us

Views

Rare Earth Elements, never so actual!

Je regardais récemment la rediffusion de Arte du reportage « terres rares : La high-tech à quel prix »   

Ma pensée se fixa sur le décalage des pays occidentaux par rapport aux développements asiatiques en matière de ressources critiques et des orientations prises sur le long terme.

Le cycle de vie pour nombre de métaux critiques nécessite encore des ressources naturelles.  L’innovation de nouvelles technologies, l’utilisation de substituts et l’instauration de moyens de recyclage efficaces et rentables ne représentent pas encore des solutions durables. Dans l’alternative le renforcement et la préservation des chaînes de valeurs qui incluent des métaux critiques sont indispensables à des fins de compétitivité industrielle.

Je pensais également aux perspectives futures de l’offre et de la  demande, ainsi que de l’état des efforts des recherches en matière de recyclage. Force est de constater que le prix reste le moteur de toute recherche. L’industrie de la fabrication se satisfait encore aujourd’hui de ressources à risques (volatilité du prix, zone de conflits, taxes, etc..) en adaptant quelques fois ses technologies au prix de performances et de fiabilité moindres.

Les enjeux restent extrêmement importants et l’Europe semble lentement sortir de son attentisme, mais son industrie doit aussi manifester son intérêt et participer activement au développement de sa chaîne de valeur pour préserver ou garantir son accès aux ressources minérales stratégiques.

En Inde par contre la chaîne de valeur se développe. Une nouvelle mine va probablement voir le jour dans le Radjasthan sur un dépôt de carbonatite (Ramgad Minerals and Mining). L’inde a pris conscience de la criticité de ses ressources minérale et notamment celles des terres rares en créant un Centre national pour promouvoir l’exploration des minéraux stratégiques et des terres rares (National Centre for Mineral Targeting). L’inde est également connu pour ses ressources en thorium qui pourraient se révéler très stratégiques dans le cadre du possible développement des réacteurs à Thorium. 

La Chine quant à elle continue de favoriser l’industrie REE en aval de la chaine de valeur. Des subsides sont même octroyés par les villes (The finance bureau in Baotou allocated 300mn yuan : $47mn) pour transformer et réactualiser des projets de terres rares. Des investissements conséquents sont également faits dans des secteurs de pointe comme les catalyseurs pour l’industrie automobile. La société Jingyuntong Technology va investir plusieurs centaine de millions de dollars dans des catalyseurs de haute efficacité pour la purification des gaz d'échappement des automobiles.